RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes en 129, lune 4, semaine 3. Le roi Viserys Targaryen est mort depuis trois jours.
C'est l'été.

Partagez|

j ♦ Les moeurs de l'époque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
R'hllor
Maître de la lumière

Maître de la lumière
avatar


♦ Parchemins : 568
♦ Date d'inscription : 11/01/2014
♦ Avatar : Dieu
♦ Copyright : Gorgeousmali


Message Sujet: j ♦ Les moeurs de l'époque Mer 20 Avr - 3:46


Les mœurs de l'époque

This world is so blind, cold as ice.


INFORMATIONS

La saga de a Song of Ice and Fire dont a été adaptée la série Game of Thrones prend place dans un contexte socio-politique assez particulier : à cette époque, la place des femmes est bien différente de celle que nous connaissons dans notre société actuelle, tout comme la façon dont elle sont considérées et traitées.

Le féminisme est une notion abstraite, voire même inconnue dans les contrées de Westeros et d'Essos, malgré de nombreuses tentatives -parfois fructueuses- de la part de certaines femmes de s'élever au-delà de leur condition féminine. Les viols sont monnaie courante, même entre mari et femme, cette dernière étant soumise à la volonté de son époux et considérée comme uniquement bonne à lui procurer descendance.

A part de rares exceptions (voir le détail dans les annexes ci-dessous), la plupart des femmes ne savent pas se battre. Il est d'ailleurs très mal vu par les sociétés essossiennes et westerosi qu'une femme manie les armes, et encore plus qu'elle cherche à s'élever politiquement.

Vous trouverez ci-dessous un récapitulatif des moeurs et des règles de succession en place à Westeros et àEssos et ce qui sera normalement attendu de votre part si vous vous décidez à jouer une femme, notamment noble. Il est fort conseillé de lire cette annexe avant de vous vous lancer dans la conception d'un personnage féminin sachant de se battre, fait extrêmement rare dans le monde de Game of Thrones : ce topic vous permettra de vous tourner vers les meilleures options afin de mener à bien votre idée et vous guidera dans la rédaction de l'histoire de votre personnage.

Revenir en haut Aller en bas
R'hllor
Maître de la lumière

Maître de la lumière
avatar


♦ Parchemins : 568
♦ Date d'inscription : 11/01/2014
♦ Avatar : Dieu
♦ Copyright : Gorgeousmali


Message Sujet: Re: j ♦ Les moeurs de l'époque Mer 20 Avr - 3:46


Moeurs de Westeros

This world is so blind, cold as ice.



La Noblesse

Les femmes de la noblesse, sont, à peu de choses près, considérées comme des marchandises : servant d'échange contre des terres ou des alliances via le mariage, elles sont élevées dès leur plus jeune âge à faire honneur à leur famille en se comportant dignement et à tenir leur future maison. Danse, chant, couture, aisance verbale, éducation religieuse et savoir-être, rien n'est laissé au hasard dans l'éducation des jeunes filles issues des familles nobles, et en tout particulier dans celle de la première-née, qui est généralement pourvue d'une dot généreuse afin d'espérer conclure un mariage qui permettra l'élévation sociale de la maison de la mariée et une alliance solide avec l'autre famille.
Si le seigneur de ladite maison a engendré plusieurs filles et ne possède pas forcément les moyens de procurer une dot convenable à chacune d'entre elles, il est possible que la dernière-née soit amenée à rentrer dans les ordres en tant que septa.

Les femmes sont exclues de la politique, ainsi que de tout ce qui touche de près ou de loin aux arts de la guerre et du combat ; si certaines peuvent avoir été amenée à apprendre à manier une dague pour se défendre ou savent monter à cheval, il est extrêmement mal vu dans la société westerosi, même à Dorne, pourtant plus libre dans ses moeurs, qu'une femme sache se battre ou participe à la chasse. La femme westerosi idéale se doit d'être soumise à son mari, en retrait, capable d'enfanter plusieurs enfants et de tenir une maison. Le viol conjugal est fréquent, les mariages nobles n'étant pas des mariages d'amour mais politiques, et il n'est pas rare que les futurs époux ne se rencontrent que lors des fiançailles voire même lors des noces : de manière générale, les femmes ne sont de toutes façons pas vraiment respectées et considérées comme soumises à leur mari à qui elles doivent obéissance. Il s'agit là d'un fait de société ancré et acquis, et rares sont les hommes, et même les femmes, qui ne considèrent pas cela comme normal et s'y opposent.

Concernant les règles de succession : le fils aîné hérite du nom et du domaine de son père à sa mort, si ce dernier est déjà majeur ; le cas échéant, sa mère assurera la régence jusqu'aux 16 ans de son fils. Lorsqu'un seigneur décède sans descendance masculine, c'est alors son frère qui hérite, à la place de sa femme qui est souvent renvoyée chez ses parents si elle n'a pas d'enfants, voire remariée pour conclure une nouvelle alliance. Si ledit seigneur ne possède pas de fils, ni de frère, l'héritage remonte alors à son oncle, ou de plus en plus haut dans la lignée jusqu'à ce qu'un héritier masculin soit trouvé.
A Dorne, il est néanmoins possible que les femmes héritent, si ces dernières sont les premières-nées : si leur place est similaire à celle de leurs consoeurs du reste des Sept Couronnes, elles sont néanmoins un peu mieux considérées que ces dernières et plus libres de leurs actes. Les dorniennes sont d'ailleurs réputées pour leur caractère explosif et ne sont par ailleurs bien souvent plus vierges au moment de leur mariage, la perte de leur virginité n'étant pas considérée comme un déshonneur comme dans le reste de Westeros.



Les bâtards

Lorsqu'un enfant naît hors-mariage et qu'au moins un de ses parents est issu de la noblesse, il est alors considéré comme bâtard : il est possible que son père le reconnaissance, mais l'enfant gardera un statut à l'écart de celui des autres héritiers de ses parents. Les bâtards sont d'ailleurs en général mal vus dans les Sept Couronne, car ils symbolisent le déshonneur de l'adultère de leurs parents ou d'une relation hors-mariage. Seule Dorne pose un regard bienveillant sur ces enfants, que l'ensemble de la société comme nés des passions de leurs parents et non comme une preuve de déshonneur.

Les bâtards n'ont aucun droit sur la succession de leurs parents, et ne peuvent d'ailleurs porter leur nom de famille ni porter leurs armoiries : le patronyme qu'ils utilisent est déterminé par la région où ils sont nés ou éventuellement de celle d'où est originaire la maison de leur père :


  • Snow dans le Nord
  • Stone dans le Val d'Arryn
  • Rivers dans le Conflans
  • Pyke dans les Îles de Fer
  • Waters pour les terres de la Couronne
  • Hill dans les terres de l'Ouest
  • Flowers dans le Bief
  • Storm dans les terres de l'Orage
  • Sand dans la principauté de Dorne


Un bâtard peut éventuellement être légitimé par décret royal, seul le Roi ayant le pouvoir de lui retirer son rang de bâtardise.



Le bas-peuple

La condition des femmes du peuple est un peu plus enviable que celle des dames issues de la noblesse : n’étant pas soumises, à l’inverse de ces dernières, à des contraintes d’alliances et de successions, les paysannes et dames issues de la petite bourgeoisie sont relativement libres concernant leurs choix de vie et leurs mariages. Il n’est ainsi pas rare de voir une femme du peuple travailler, que ce soit dans les champs ou en tant que tenancière d’une auberge ou d’une maison close. Si les mariages d’argent existent également au sein du bas peuple (notamment entre bourgeois et riches marchands), la plupart des unions sont souvent des mariages d’amour, bien que la femme se doive de rester fidèle et obéissante à son mari. A l’exception de Dorne, les règles de successions chez le bas-peuple demeurent les mêmes que celles de la noblesse : le fils aîné hérite du peu de biens que possèdent ses parents, même si sa sœur est plus âgée qu’elle, et son héritage revient à son fils et non à sa femme.

Tout comme pour les nobles, il est extrêmement mal vu qu’une femme apprenne et sache se battre : si elles sont un peu plus libres d’exprimer leur opinion ou de faire preuve d’un caractère affirmé, les femmes restent une minorité devant obéissance à la gent masculine, qui voit d’un très mauvais œil les velléités guerrières du sexe féminin. Il est ainsi extrêmement rare de croiser une femme sachant et pouvant manier les armes, à l’exception des Îles de Fer et chez les sauvageons d’au-delà du mur, et parfois à Dorne qui reste une région plus libre que le restant de Westeros concernant sa politique envers les femmes.

Au-delà du Mur, la condition des femmes est encore différente qu’à Westeros : si elles aiment à se faire appeler « le peuple libre » et peuvent, voire même sont obligées de savoir se battre afin de survivre dans ces contrées hostiles et glacées, les sauvageonnes mènent une lutte quotidienne pour trouver leur place dans les différentes tribus au-delà du Mur. Nul nom à perpétuer ou nulles terres à hériter dans les froides plaines de l’hiver, leur unique rôle se limite à élever les enfants qu’elles auront eus de leur compagnon ou engendrés par les viols qui sont fréquents au sein de leurs clans. Néanmoins, la plupart des sauvageonnes sont des femmes fortes qui n’hésitent pas à lever le point et l’arme pour se défendre leurs intérêts et se faire entendre.
Revenir en haut Aller en bas
R'hllor
Maître de la lumière

Maître de la lumière
avatar


♦ Parchemins : 568
♦ Date d'inscription : 11/01/2014
♦ Avatar : Dieu
♦ Copyright : Gorgeousmali


Message Sujet: Re: j ♦ Les moeurs de l'époque Mer 20 Avr - 3:46


Moeurs d'Essos



La Noblesse

Les femmes nobles d'Essos sont soumises aux mêmes contraintes que les femmes de la noblesse de Westeros : bien que légèrement plus libres que ces dernières, elles restent destinées à assumer les mêmes fonctions de mère de famille et de monnaie d'échange contre des terres ou des alliances politiques. Si elles n'ont pas voie au chapitre, elles demeurent cependant plus respectées que les femmes westerosi.

Dans certaines contrées d'Essos, dans le Pays de Ghis, la femme mariée est même considérée comme un bien à protéger: constamment voilée, nul n'a le droit de poser son regard sur elle au risque de s'exposer à de mortelles représailles de la part de son mari, l'affront étant considéré comme une grave atteinte à l'honneur de ce dernier.

Selon les cités, la noblesse s'organise parfois en différentes factions, comme à Volantis par exemple, où la faction des Tigres et des Éléphants se partage le pouvoir. (voir les annexes sur les organisations)

La bâtardise à Essos est beaucoup moins mal vue qu'à Westeros, même si les bâtards issus de la noblesse ne peuvent pas non plus hériter.



Le bas-peuple

Tout comme à Westeros, le bas-peuple, et notamment les femmes, est beaucoup moins soumis aux attentes et aux pressions de la noblesse. Pêcheurs, marchands, artisans, prostituées... Les métiers et occupations ne manquent pas, et nombreuses sont les opportunités de s'élever et de s'enrichir au sein des différentes cités libres. La place de la femme est globalement similaire à celle de la femme du bas-peuple de Westeros : elle est libre d'exercer un métier comme celui d'aubergiste ou marchande par exemple, même si sa place reste principalement celle d'une mère de famille destinée à tenir sa maison et son mariage.



Les esclaves & les gladiateurs

Ils font partie de la classe la plus basse de toute la société ; si l'esclavage est interdit à Westeros, nombreuses sont les cités à Essos qui le pratiquent, et notamment à Astapor, Yunkaï et Meereen. Cette dernière est d'ailleurs très célèbre pour ses arènes et ses combats de gladiateurs, tandis qu'Astapor a bâti sa richesse sur le commerce d'Immaculés. (voir les annexes sur les organisations)
La cité de Braavos, bâtie par d'anciens esclaves affranchis, s'est toujours fermement opposée à l'esclavage.

Le statut d'esclave est héréditaire : hommes et femmes sont considérés comme égaux dans la misère, et leurs enfants, qu'ils soient engendrés par des nobles ou non, seront également esclaves. Soumis à la volonté de leurs maîtres, la désobéissance est passible de mort, tout comme le fait d'oser toucher un noble, notamment à Volantis, réputée pour ses mœurs extrêmes et sévères envers ses esclaves.

Si ce fait est relativement rare, il arrive que des femmes puissent être gladiatrices dans des arènes ; elles n'y sont cependant pas opposées aux hommes mais à d'autres femmes ou à des animaux.



Les Dothrakis

La femme dothraki est probablement l'une des femmes à la situation la moins enviable, que ce soit à Essos ou Westeros, du moins en-dehors des esclaves ; considérée comme seulement bonne à être montée par qui le voudra et à engendrer des enfants, seule la Khaleesi, la femme du Khal, est un tant soit peu respectée. A la mort du Khal, sa veuve est normalement escortée par les Sang-Coureurs de ce dernier pour rejoindre le Dosh Khaleen à Vaes Dothrak, la cité sacrée du peuple des chevaux, un groupe d'anciennes Khaleesis qui constituent le coeur spirituel de la société Dothraki et étant extrêmement respectées.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message Sujet: Re: j ♦ Les moeurs de l'époque

Revenir en haut Aller en bas
j ♦ Les moeurs de l'époque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les 4 prototypes d'époque
» Les légumes consommés à l'époque médiévale
» photo d'époque
» Attentat aux moeurs [Marine, Wynn, Elizabeth, Comte] [14/02/42]
» Le mensonge adoucit les moeurs [pv Lysandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Feast for Dragons ::  :: Le Vieux Grimoire :: Annexes-