RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
On a agrandi les mini-pv !
Retrouvez dès maintenant le Bief, les Îles de Fer, le Val d'Arryn et l'Orage !
Nous sommes en 129, lune 4, semaine 3. Le roi Viserys Targaryen est mort depuis trois jours.
C'est l'été.

Partagez|

Un visage connu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar




Message Sujet: Un visage connu Mar 28 Juin - 14:35


Un visage connu


Marissa Parren • Apolonie Redwyne
Donjon Rouge • An 128, lune 9


La touffeur moite et malodorante de Port Réal écrasait de tout son poids Apolonie qui s’était réfugiée dans la cour de la Crypte-au-Vierges en quête d’un soupçon de fraîcheur. La jeune fille, présente depuis quelques jours à peine entre les murs de la capitale, éprouvait quelques difficultés à s’acclimater. Le vent chargé d’iode et de fraîcheur qui venait balayer La Treille et tempérer la chaleur du Sud lui manquait.

L’après-midi débutait à peine mais la jeune demoiselle tournait déjà en rond, n’arrivant pas à se concentrer sur son ouvrage. Le motif d’un sanglier entouré de feuilles de vignes, dessiné par ses soins et mêlant les armoiries des maisons Crakehall et Redwyne, était destiné à orner une de ses robes de future épouse.
Bien qu’occupée par diverses tâches alors que son fiancé était appelé ailleurs, Apolonie s’estimait inutile et désirait surtout un peu de compagnie. Le Donjon Rouge pullulait de courtisans, d’envoyés diplomatiques, de nobles venus graisser la patte au Roi Viserys… mais jamais elle ne s’était senti aussi seule. Les gens passaient sans la voir, lui accordant parfois un regard furtif, mais pour mieux l’oublier la seconde suivante. Les jeunes demoiselles de son âge se déplaçaient en groupe, gloussant comme des dindes au lever du jour, et il était hors de question pour Apolonie, élevée comme une Lady, de s’interposer pour faire connaissance. Elle n’était pas encore désespérée !

Suffocant à cause du manque d’air, elle se déplaça dans la cour en longeant le mur de pierre afin de rester dans le mince filet d’ombre offert par le bâtiment. L’odeur des porcheries situées à quelques pieds à peine, renforcée par la chaleur, lui soulevait le cœur. Elle éprouvait de réelles difficultés à discerner l’aspect positif de sa venue sur les terres de la Couronne.
Résignée à retourner s’enfermer entre les murs du château, elle quitta l’enceinte de la petite cour et passa devant le Septuaire royal. Elle hésita un instant puis, convaincue qu’elle n’arriverait à rien de constructif sur sa broderie pour l’instant, franchit le seuil de l’édifice sacré.
Le plafond s’élançait vers la voute céleste, orné de l’étoile à sept branche et d’une myriade de petits astres brillants. La lumière pénétrait de manière tamisée par les hautes fenêtres tintées de couleurs et de nombreux cierges illuminaient les autels. Les murs de pierre offraient une fraîcheur réconfortante qui fit soupirer de plaisir Apolonie, sentant les fourmillements cesser dans ses jambes et ses doigts. Quelques personnes étaient présentes, se recueillant silencieusement devant la Mère ou le Guerrier.
Elle déambula dans la galerie, contournant les imposantes statues des sept divinités en s’évertuant à produire le moins de bruit possible avec ses petits talons, avant de s’arrêter aux pieds de la Jouvencelle. Elle admira un long moment les traits fins et parfaitement sculptés de la jeune fille. Un voile de marbre couvrait l’ondulation de ses cheveux lâchés en cascade sur ses épaules et ses mains étaient jointes dans un mouvement de prière. Ses yeux, tournés vers les mortels, étaient emprunts d’innocence et de douceur. On avait souvent complimenté Apolonie pour sa ressemblance avec celle-ci, bien qu’elle n’ait jamais eu la prétention de se trouver si belle.
Elle s’agenouilla face à sa protectrice, déposant à côté d’elle son tambour à broder, et ferma les yeux pour retrouver la paix à laquelle elle aspirait tant.

Revenir en haut Aller en bas
Marissa Parren
Chaton parmi les Dragons

Chaton parmi les Dragons
avatar


♦ Blason :
♦ Multiface : Rhaenyra, Aliandra.
♦ Parchemins : 334
♦ Date d'inscription : 24/03/2016
♦ Avatar : Natalie Dormer
♦ Copyright : aslaug.(avatar) | nymeria. (signature) | tumblr (gif)



Message Sujet: Re: Un visage connu Jeu 12 Jan - 1:04


Un visage connu


Apolonie & Marissa

Voilà quelque semaines que la lady de l'Ouest était à Port-Réal. On lui avait conté bien des choses sur ces lieux mais les voir en vrai était pire encore. On l'avait prévenu ; les lieux sont malodorants, les lieux sont sales, moites, il te serait vivement conseillé de rester au Donjon-Rouge. Elle aurait du les écouter, comme elle le faisait toujours, mais en venant, elle s'était dit qu'étant à la capitale, il était important de tout voir. Il était d'ailleurs dans son rôle de savoir divertir et pour cela, il fallait connaître des histoires, être à même d'en raconter. Pour cela, Marissa estimait qu'il valait mieux avoir vécus quelque péripéties pour donner crédit à ses récits. Ces récits, la jeune femme les réservait aux enfants royaux lorsqu'il lui était accordé de les rencontrer. Des jumeaux, deux têtes blondes et précieuses, elle s'était sentie honorée qu'on lui fasse suffisamment confiance pour lui confier ces petits êtres.

Son père avait cette envie de se montrer auprès du roi, envie qu'elle ne comprenait pas. Leur famille était certes en difficulté, mais ils vivaient dans l'Ouest et le seigneur Lannister aurait été plus à même - à ses yeux - de les aider. Mais la politique n'était pas une histoire de femmes, après tout. Elle se contentait de suivre son père, de porter ses plus beaux atours de sourire même aux plaisanteries les plus douteuses, aux plaisanteries les moins drôles.

Dans ces longues après-midi, la jeune femme ne savait quoi faire. Il lui arrivait de se rendre en ville et visiter les lieux, il lui arrivait de rester aux jardins et, finalement, d'aller prier. Prier pour son père, prier pour leur maison, prier pour le roi ou son suzerain, tant de choses pouvaient être dites aux Sept. Elle aimait le calme des lieux de prières, on n'y venait peu souvent parler de politique - sinon jamais. Son père lui avait dit que là était sa place, à la prière ou à la cour. Et elle avait toujours veillé à tenir ce rôle sans broncher.

Les lieux de prière à Port-Réal étaient beau, il était vrai, mais différent de chez elle. Forcément, ils étaient plus imposant. Plus beau, peut-être. Mais ce n'était pas chez elle.

Ce jour-là, elle désirait prier pour ser Jon Marpheux. Il était courageux, il était son chevalier servant et elle savait que chaque jour, il risquait beaucoup pour l'honneur de sa maison. Elle ne l'avait pas vu depuis nombreuses semaines et était inquiète, sans nouvelles, pas même un simple corbeau pas plus qu'un mot. Prier pour sa santé, prier pour qu'il soit heureux où qu'il soit, qu'il ne rencontre pas de danger.

Ce jour-là, il y avait déjà des personnes présentes au lieu de prière. Elle aurait pu se rendre aux jardins, eux aussi étaient agréable lorsque l'on désirait prier, mais il y avait plus souvent de passages qu'ici à cette heure. A son arrivée, une femme à la chevelure rousse s'y trouvait. Il n'était pas bon, jugeait-elle, d'importuner quelqu'un en prière, ni même de parler en ces lieux mais il était curieux de rencontrer quelqu'un à cette heure-ci, les personnes pieuses semblaient être rares à la capitale ou du moins, avaient-elles des heures précises que Marissa n'avait pas ; elle n'avait pas d'heure pour parler aux Sept.

Passant près de la jeune rousse, Marissa offrait un de ses léger sourire. Son visage lui semblait familier mais elle ne mettait pas le doigt sur où et quand elle l'avait aperçu. Mais elle lui était familière, très familière à mesure que son regard s'attardait sur la jolie poupée de porcelaine.




La loi est dure, mais c'est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar




Message Sujet: Re: Un visage connu Ven 13 Jan - 19:38


Un visage connu


Marissa Parren • Apolonie Redwyne


Apolonie laissait vagabonder son esprit, profitant de la fraîcheur environnante et de la pierre sous ses genoux. Elle aurait souhaité prier pour elle-même, pour quérir un peu de compagnie, d’intérêt de la part de son tout nouvel entourage… La compagnie de son fiancé par exemple, pas tout à fait distant à son égard, mais qui semblait présenter une certaine propension à fuir toute situation qui les laisserait seuls à seuls. Leur relation n’en était qu’à ses balbutiements, mais elle aurait tant souhaité un appui dans cette fosse aux lions, ou plutôt aux dragons, dans laquelle on venait de la jeter.
Derrière elle, quelqu’un poussa la porte du Septuaire et entra. Apolonie rouvrit les yeux, quelque peu apaisée, mais emplie de doutes et d’interrogations sur sa propre condition. La nouvelle venue était une délicate beauté brune, d’à peu près son âge. Lorsqu’elle passa à proximité de la jeune Biefoise, lui adressant avec déférence un petit sourire, cette dernière réalisa qu’elle ne lui était pas inconnue. Elle hésita un instant, elle avait croisé tellement de monde depuis son arrivée qu’il aurait très bien pu s’agir d’une parfaite inconnue vaguement rencontrée au détour d’un couloir du Donjon Rouge dont le visage lui aurait semblé familier. Puis elle recolla les pièces et se souvint, à la façon qu’elle avait de hocher la tête et de clore les paupières d’un air fragile et charmeur à la fois. Des manières qui l’avaient fait paraître si féminine et raffinée à Apolonie, encore femme-enfant, trois ans auparavant. Elles s’étaient rencontrées pour la première fois à Castral Roc, à l’occasion d’un des nombreux tournois organisés par les Lannister. Fraîchement fiancée, Apolonie était venue rendre visite à son frère aîné et à son futur époux à Crakehall et, lorsque les deux jeunes hommes s’étaient engagés pour le tournoi, elle avait fait partie du voyage.
C’était la première fois qu’elle se rendait à Castral Roc et elle conservait de cet évènement le souvenir d’avoir fait ses premiers pas parmi les Lords et Ladys les plus influents du pays. Et c’était donc à cette époque qu’Apolonie et Marrissa Parren, originaire de l’Ouest, s’étaient rapidement liées d’amitié. Les deux demoiselles, très semblables, avaient acclamé de concert les valeureux chevaliers durant plusieurs jours avant de repartir chacune en leur fief pour ne plus se revoir. Avant aujourd’hui.
« Marissa ? Lady Marissa Parren ? » chuchota Apolonie en se relevant sur ses jambes pour marcher discrètement à la rencontre de son ancienne compagne. Elle lissa sa robe froissée et s’efforça de ne pas troubler la quiétude du lieu malgré sa joie.
Toutes deux avaient beaucoup grandi durant les trois années écoulées depuis leurs adieux. Apolonie était sur le point de se marier bien sûr, mais elle était surtout devenue plus mature, plus adulte et avait perdu un peu de son innocence enfantine. Ses boucles rousses s’étaient allongées, son visage avait perdu de sa rondeur et elle était à présent une vraie femme qui attirait à l’occasion quelques regards. Et Marissa de son côté n’était pas en reste. Son visage en forme de cœur semblait un peu plus sérieux mais ses yeux toujours doux et rieurs. Ses courbes s’étaient affirmée et elle était à présent une véritable femme.
Tomber par hasard sur cette jeune Lady, bienveillante et avec qui elle avait partagé rires et liesse quelques années plus tôt, effaçait un peu de sa triste solitude et elle espérait retrouver en Marissa une amie.

Revenir en haut Aller en bas
Marissa Parren
Chaton parmi les Dragons

Chaton parmi les Dragons
avatar


♦ Blason :
♦ Multiface : Rhaenyra, Aliandra.
♦ Parchemins : 334
♦ Date d'inscription : 24/03/2016
♦ Avatar : Natalie Dormer
♦ Copyright : aslaug.(avatar) | nymeria. (signature) | tumblr (gif)



Message Sujet: Re: Un visage connu Sam 14 Jan - 1:12


Un visage connu


Apolonie & Marissa

Prier était l'une de ses activité favorite, ce sentiment de plénitude après avoir confessé ses pêchés avec quelque chose d'addictif. Plus que ses soeurs, plus que son frère, plus que sa mère et que son père, Marissa passait son temps aux Septuaires. C'était un point commun qu'elle avait aussi avec son chevalier, ser Jon Marpheux. Il n'était donc guère étonnant de la trouver en ces lieux, car ils la rassuraient, purement et simplement.

Elle comptait se trouver un coin plus tranquille, ne pas déranger les autres personnes en prière mais elle entendait quelque pas derrière elle, puis une voix féminine la nommer. Elle se retournait donc, elle n'avait donc pas rêvé, elle connaissait la jeune femme. Sinon, comment aurait-elle su son nom, ou du moins, mettre son nom sur son visage ? Elle n'avait pas un égo poussant à croire que les nobles aimaient à parler d'elle. Elle regardait donc le visage de la jeune femme, elle rencontrait tant de nobles et ce depuis des années, qu'il lui arrivait, parfois, d'oublier les noms. Peut-être, avec un peu de tact, pourrait-elle faire passer cela. Mais elle souriait à la jeune femme et elle papillonnait déjà des cils.

" C'est moi-même. "

Elle riait légèrement, discrètement, c'était toujours plaisant de rencontrer d'autres jeunes femmes qui semblaient être de sa condition. L'endroit n'était pas fait pour les discussions et c'est pour cela qu'elle veillait à parler bas. Regardant les boucles rousses et le visage de poupée de la jeune femme, elle faisait de son mieux pour y remettre un nom, car il était indéniable qu'elle l'avait déjà aperçu quelque part.

" Lady ... Redwyne, est-ce cela ? "

Marissa avait regardé les vêtements de la jeune femme avec attention. Marissa portait très souvent les couleurs de sa maison, jaune, pourpre, noir, argent, cela dépendait des humeurs mais elle était toujours très fière de montrer d'où elle venait, à défaut d'avoir la même chevelure blonde ou châtain des femmes de l'Ouest. Mais c'était peut-être ces airs et cette chevelure atypique des Redwyne qui lui avait fait penser à cela. Elle ne pouvait être une Marpheux, Marissa l'aurait su derechef, et elle avait rencontré très peu de femmes à la chevelure aussi rousse. Oui, elle était presque convaincue qu'il s'agissait d'une Redwyne.

" C'est un véritable plaisir de vous revoir, lady, qui aurait cru que l'on se reverrait à la capitale ? J'espère que vous passez d'agréable moment en ces lieux. "

La courtoisie était de mise, les accents mielleux, les susurres langoureux, toujours cette petite voix et ces minauderies, son père avait raison, c'était des plus nécessaires à la capitale. Elle avait posé sa main sur le bras de la jeune femme en lui parlant, comme un geste amicale. Elle était pourtant très peu tactile, mais elle trouvait ces petits gestes toujours agréable lorsque l'on discutait avec quelqu'un.

Peut-être n'était-il pas étonnant de trouver une lady du Bief dans un septuaire, son père lui disait souvent que les personnes du Bief étaient toutes très pieuse. Les Parren eux-même avaient des liens -lointain- avec le Bief, son père disait que c'était un royaume de chevaliers. Elle n'avait jamais osé demander à ser Jon comment le Bief était réellement, lui qui s'y était rendu s'y souvent pour jouter. Peut-être serait-ce là un point commun agréable avec la jeune femme.




La loi est dure, mais c'est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message Sujet: Re: Un visage connu

Revenir en haut Aller en bas
Un visage connu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un visage caché et secret, connu de personne..
» peindre simplement visage avec tallarn flesh
» Ton visage
» l'endroit le plus enervant a peindre LE VISAGE
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Feast for Dragons ::  :: Terres de la Couronne :: Port-Réal-