RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
On a agrandi les mini-pv !
Retrouvez dès maintenant le Bief, les Îles de Fer, le Val d'Arryn et l'Orage !
Nous sommes en 129, lune 4, semaine 3. Le roi Viserys Targaryen est mort depuis trois jours.
C'est l'été.

Partagez|

Under pressure. ft. Baela Targaryen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Rhaenyra Targaryen
Le Volcan Éveillé

Le Volcan Éveillé
avatar


♦ Blason : Fire&Blood, High as Honor, The Old The True The Brave.
♦ Multiface : Jeyne Manderly, Marissa Parren
♦ Parchemins : 1126
♦ Date d'inscription : 10/09/2015
♦ Avatar : Charlize Theron
♦ Copyright : poison ivy (avatar) | nymeria. (signa), Océan (Gif profil), Tumblr & Garde de Nuit
Some day, you will be a king.


Message Sujet: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mar 14 Mar - 19:59



Under Pressure


Ca y est. Le moment était venu. Rhaenyra l'avait toujours appréhendé, sachant que tout ne se passera pas exactement comme cela devrait se passer. Mais qu'on lui vole son trône de cette façon ? Elle n'avait pas pensé la maison Hightower si faible, si lâche. Elle en était venue à la conclusion simple que cette maison avait simplement peur de Rhaenyra et de ce dont elle était capable, ils avaient trop peur d'elle et de ses alliances pour l'affronter de face. Oui, elle en était persuadée, quelle autre explication ?

La jeune femme était sur les nerfs depuis deux jours, depuis qu'un informateur lui avait appris le décès de Viserys, quelque jours avant. Elle était sur les nerfs, elle était même semblable à un volcan en éruption. Mais le pire restait qu'elle ne devait pas céder à cette colère qui l'étreignait, car elle devait encore jouer son rôle ; elle restait la reine. Et elle devait agir comme telle. Si Aegon avait le trône, elle avait la Couronne. Elle récupérerait ce qui était à elle.

Mais à Peyredragon, il fallait déjà recoller les morceaux un à un. Et elle savait avec qui commencer. Jacaerys allait partir pour le Val, chez la maison Arryn pour recueillir leur soutien, elle avait néanmoins beaucoup de travail devant elle avec Baela et Lucerys, c'était peu de le dire, les deux étaient fougueux et rêvaient de gloire, de guerre, d'aventure. S'ils étaient plus grands, elle aurait accepté. Si Rhaenyra pouvait être reine, pourquoi Baela ne pourrait-elle pas être une grande guerrière, telle que l'était Visenya Targaryen avant elle ? Baela était des jumelles, celle qui ressemblait le plus à Daemon. Elle aimait sa fille - car elle la considérait comme telle, sa fille - et lui reconnaissait cela, c'était tout son père. Alors que Rhaena tenait plus de Rhaenyra, calme, posée, réfléchie ; Baela était l'impulsivité et la fougue de Daemon. Il lui paraissait donc presque évident qu'à cette nouvelle, la jeune Targaryen tente l'impensable. Mais elle était bien, oh oui, bien trop jeune pour une chose pareil.

La condition des femmes en ce monde, Rhaenyra aurait aimé la changer. Les femmes étaient mariées par leur père et n'avaient leur mots à dire, les femmes n'étaient bonnes qu'à donner des fils à leur mari, elles n'étaient bonnes qu'à engendrer, donner un héritage dont le mari retirait tous les mérites. Cela prendrait fin sous son règne. Les femmes auraient autant de mérites que les hommes. En avait-elle déjà parlé à Baela ? Oui, plus d'une fois. Rhaenyra n'avait jamais réellement tenté de calmer les pulsions guerrière de Baela, elle était ainsi, Rhaenyra ne souhaitait pas la changer. C'était ainsi qu'elle aimait sa fille. Mais il fallait lui parler avant que l'inévitable arrive, et Rhaenyra en ces temps pouvait être quelque peu paranoïaque.

Elle fit donc chercher sa fille. Elle demandait à ce qu'on la lui amène, elle avait à lui dire, beaucoup à lui dire. Il lui fallait s'armer de toute sa patience et sa douceur pour cela, tout son tact, toute sa diplomatie. Il fallait, dans tous les cas, qu'elle parle à sa fille.

fiche codée par rawr



Fire & Blood

Revenir en haut Aller en bas
Baela Targaryen
Couronne

Couronne
avatar


♦ Blason :
♦ Parchemins : 64
♦ Date d'inscription : 12/01/2017
♦ Avatar : Gaia Weiss
♦ Copyright : Fassylover (avatar)


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mar 14 Mar - 20:04

Under Pressure
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Baela n’était pas du genre à s’encombrer l’esprit de « pourquoi ? » et de « comment ? ». Trop réfléchir lui donnait mal au crâne et ne menait à rien. À quoi cela servait-il de se demander si l’on réussirait à s’en sortir ? Si l’on avait fait autrement, les choses seraient-elles ainsi ? Pourquoi tout c’était déroulé ainsi ? La réalité était là, brulante. Mais l’encre était déjà sèche. Passé, futur, il n’y avait que les érudits et les penseurs ennuyeux, enfermés dans leurs tours, loin du monde et des événements pour encore oser les questionner. La jeune dragonne avait compris bien assez vite qu’il n’y avait que le présent qui trouvait grâce à ses yeux. Mieux que penser, il fallait agir. C’était les actions qui gouvernaient le monde et faisait avancer les choses. Plutôt que les mots, elle avançait sa lame. Plutôt que des manigances ourdies sous cape, elle armait son bras. Ses choses qu’elle jugeait ridicules et sans intérêts, elle les laissait volontiers à Rhaena qui semblait si bien s’y complaire. Sa jumelle était beaucoup plus fine d’analyse et rusée. Aussi, Baela cherchait souvent ses conseils sur ces choses là. Jamais elle n’aurait osé s’y plonger d’elle même. Elle aurait ressemblé à une énorme dragonne dans une toute petite chambre de lady, risquant de tout renverser à chaque instant.

Ce fut donc naturellement qu’elle cherchait l’avis de sa sœur en ce qui concernait la mort du roi Viserys Ier et des intentions d’Aegon Targaryen, celui qu’elle aurait pu considérer comme un oncle s’il n’avait pas volé la place de Rhaenyra. La fille de Daemon trouvait honteuse et risible la manière dont il avait substitué le trône de fer. Grâce à sa mère, une Hightower du Bief qui ne connaissait rien à la famille Targaryen. Une étrange. Le « roi » comme il se faisait dorénavant appeler avait-il besoin de courir dans les jupes de sa mère lorsqu’il avait des problèmes ? Un tel homme pouvait-il se prétendre gouverner Sept Couronnes ? Un lâche et un couard, voilà ce qu’il était. Et une fois la moquerie passée, Baela s’était trouvée furieuse de la manière dont sa famille se trouvait écartée de Port-Réal pour résider à Peyredragon, comme des exilés. Comme des traitres qui tenteraient de ravir une couronne qui était pourtant la leur. Qui était pourtant celle de sa belle-mère.

Rhaena ne se montrait ni optimiste, ni pessimiste. Simplement réaliste alors qu’elle exposait tranquillement et sans fureur la totalité des faits à sa sœur. Baela se taisait, buvant ses paroles. Pour elle, sa jumelle avait tout d’une érudite. Souvent, elle s’agaçait de ses airs hautains et supérieurs qu’elle ne partageait ni ne comprenait pas. Néanmoins, elle lui vouait en parallèle une véritable admiration pour toutes ces choses qui la dépassaient. La saurienne sentait la colère monter à chaque phrase prononcée par sa moitié. Comment pouvait-elle rester aussi calme alors qu’elle exposait des faits de haute trahison ? Elle sentait son sang bouillonner sous sa peau, comme des torrents de lave indomptable. Elles ne pouvaient pas rester ici à discutailler ! Il fallait tenter quelque chose, n’importe quoi ! S’il le fallait, elle se rentrait d’elle même à Port-Réal avec Danselune pour pointer son épée sous la glotte de l’Usurpateur. Elle lui ferait dire ses derniers mots et lui trancherait la gorge. Ce n’était pas plus compliqué que cela. À un détail près. Si sa jeune dragonne était capable de voler, elle n’était pas encore habituée à porter quelqu’un sur son dos ni à s’élancer sur de longues distances. Mais elle s’en fit la promesse, lorsque la dragonne pâle l’accepterait sur sa selle, elle tuerait Aegon elle même. Avec son feu et sa lame.

C’était donc d’un pas déterminé que Baela se mit en quête de son père. Daemon Targaryen était, en dehors de sa sœur, celui qui la comprenait le mieux. Il avait ce caractère, similaire au sien, qui faisait que tous les deux se trouvaient la plupart du temps sur la même longueur d’ondes, même son son expérience et sa maturité le différenciaient tout de même grandement de sa fille cadette.

Pourtant, elle fut interrompue dans sa marche à travers Peyredragon par un page qui courrait derrière en ahanant plus qu’en ne respirant.

« Princesse Baela ! Princesse Baela ! »

La jeune fille fit volte-face pour voir le jeune homme, rouge d’avoir couru à travers la forteresse. Il se cassa en deux, les mains sur les genoux, à respirer comme un buffle. Les onomatopées qu’il prononçait n’avaient rien à voir avec des mots compréhensibles. La petite dragonne perdait patience.

« Si tu n’as rien à dire alors ne me fais pas perdre mon temps ! » tempêta-t-elle en reprenant sa marche.

Mais l’autre ne s’avoua pas vaincu et se releva subitement. Il trottina jusqu’à sa hauteur et courba l’échine pour s’excuser.

« La Reine… » déglutit-il. « La Reine Rhaenyra vous fait quérir. »

Elle leva un sourcil circonspect. Celle qu’elle considérait comme sa mère avait probablement d’autres problèmes à gérer actuellement. Cela suffit à l’intriguer. Baela accepta d’une d’un mouvement de tête revêche d’accompagner le valet qui la guida jusqu’aux appartements de la nouvelle Reine de Westeros, quoiqu’en dise Aegon Targaryen, l’Usurpateur.

Rhaenyra, malgré son statut, semblait donc troublée, seule dans ses appartements. Pensive et sûrement en colère, s’imagina la fille de Laena. Elle la comprenait. Elle l’était aussi. Sans faire de révérence comme l’aurait probablement fait Rhaena, elle se planta face à sa mère.

« Vous m’avez faite chercher, Mère ? » demanda-t-elle de son ton brusque.

Elle n’avait jamais lutté contre sa curiosité naturelle et l’appel de la femme de son père la préoccupait assez pour être pressée d’entendre les mots qu’elle avait à dire. Devait-elle lui annoncer quelque chose ? Une bonne chose ? Ou une mauvaise ? Cela avait-il à voir avec la situation actuelle ? Pourquoi elle plutôt que sa jumelle, avec laquelle Rhaenyra était tout de même plus proche ?

Mais une nouvelle fois, Baela n’avait pas une tête faite pour les questions.



acidbrain


La Jeune Dragonne
Revenir en haut Aller en bas
Rhaenyra Targaryen
Le Volcan Éveillé

Le Volcan Éveillé
avatar


♦ Blason : Fire&Blood, High as Honor, The Old The True The Brave.
♦ Multiface : Jeyne Manderly, Marissa Parren
♦ Parchemins : 1126
♦ Date d'inscription : 10/09/2015
♦ Avatar : Charlize Theron
♦ Copyright : poison ivy (avatar) | nymeria. (signa), Océan (Gif profil), Tumblr & Garde de Nuit
Some day, you will be a king.


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mar 14 Mar - 20:05

Under Pressure


Il lui fallait, de toute évidence, trouver les mots plus adéquats pour parler à sa fille. Elle la savait si fougueuse et vive que Daemon, mais moins réfléchie. La reine mettait cela sur le compte du jeune âge de Baela, elle apprendrait avec le temps. Et c'était là le rôle de Rhaenyra que de lui apprendre, la guider vers la meilleure voie. Mais aussi lui indiquer que la mère soutiendrait sa fille quoi qu'il arrive.

Rhaenyra s'y était fait, en voyant ses filles grandir. Rhaena était comme elle, une lady, posée, calme, réfléchie, quand Baela prenait le même chemin que Daemon et, indirectement, Lucerys. Ils réfléchissaient avec leur poing en premier lieu. Alors Rhaenyra devrait aller droit au but avec sa fille, tout en choisissant les mots les plus percutants. Ceci dit, sa fille n'était pas idiote pour autant pour ne pas comprendre où Rhaenyra voudrait en venir.

Elle pesait le pour et le contre, le temps qu'on lui amène la jeune dragonne. C'est un sourire soucieux qui étirait ses lèvres, voyant celle-ci arriver, semblant bien... En forme. Ils étaient tous sur les nerfs depuis peu, elle ne pouvait pas lui en tenir rigueur.

" Ma fille, il nous faut parler. Je serais brève et te laisserai retourner à tes aventures bien assez tôt, soit sans crainte. "

Assise sur sa chaise en bois massif, Rhaenyra tapotait la place à ses côtés.

" Dis-moi tout. Comment cela se passe-t-il, pour toi, tous ces événements ? Les murs sont plus fins qu'il ne le paraît... "

Ou comment sous-entendre qu'on lui rapportait les états de ses enfants, leur états de nerfs, de colère, les pulsions dont ils pouvaient faire preuve, leur caprices, bref, tout ce qu'ils faisaient lui était rapportée, pour cause ; elle n'avait pas énormément de temps pour elle, pour se permettre de parler à ses enfants. Cette nouvelle guerre la préoccupait beaucoup, il lui fallait donc réfléchir à tout cela. Mais il lui fallait aussi prendre le temps pour ses enfants et ne pas les oublier, eux et leur éducation.

" Es-tu habituée à porter une épée ? Souhaiterais-tu que... Cela devienne une habitude ? "

Comment dire à sa fille de treize ans ; veux-tu apprendre à te battre comme un homme ? C'était délicat. Pour une femme, savoir se battre n'était pas courant et cela ne devrait pas se savoir, si Baela devait manier l'épée, on ne devait pas le savoir car c'était encore un monde d'homme, la preuve était, son frère avait réussi à lui usurper son trône simplement car il est né avec quelque chose en plus dans le pantalon. Baela devrait elle aussi un jour se marier, quel homme accepterait que son épouse soit à même de tenir une épée ? Oui, Rhaenyra en était sûre, tout cela devait rester secret. Entre mère et fille, sans doute, bien qu'elle ne doutait pas que Daemon l'apprendrait bien assez vite lui aussi.

Elle regardait un moment Baela, essayant de voir si elle voyait où Rhaenyra voulait en venir ou s'il lui fallait être plus explicite, ce sujet n'ayant pour ainsi dire jamais été abordé... En d'autres temps, cela semblait invraisemblable. Mais maintenant ...? Elle désirait que sa fille sache se défendre si...

fiche codée par rawr



Fire & Blood

Revenir en haut Aller en bas
Baela Targaryen
Couronne

Couronne
avatar


♦ Blason :
♦ Parchemins : 64
♦ Date d'inscription : 12/01/2017
♦ Avatar : Gaia Weiss
♦ Copyright : Fassylover (avatar)


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mar 14 Mar - 20:05

Under Pressure
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Viserys était mort, entrainant avec lui un règne paisible et indiscutable. Baela avait toujours apprécié son oncle. Optimiste et bon vivant, il l’avait fait rire de nombreuses fois et elle se rappelait de lui comme un homme profondément bon, bien que naïf. Pourtant, elle n’avait pas versé une seule larme lorsqu’on lui avait annoncé sa mort. Loin d’être une sentimentale aux sanglots facile, la jeune dragonne avait accepté la nouvelle sans ciller et la tristesse superficielle qu’elle avait éprouvé fut vite remplacée par une fureur incontrôlable lors de la prise de pouvoir d’Aegon à Port-Réal. Comment pouvait-il se considérer comme Roi alors que feu son père avait toujours déclaré sa demi-sœur comme la véritable dirigeante des Sept Couronnes ? Était-il stupide au point de ne pas se douter que les partisans de Rhaenyra prendrait les armes ? Il pouvait bien poser ses fesses sur le Trône de Fer, sa tête n’était ornée d’aucune couronne. Mais la jeune fille n’était pas stupide et Rhaena lui avait tout appris des machinations de ladite Reine Alicent qui tirait les ficelles de son petit monde pour que chacun lui obéisse au doigt et à l’œil, sans jamais se douter de ses manipulations.

Pourtant, Rhaenyra était bien la première fille de feu Viserys Targaryen. Baela n’osait imaginer la mort de son propre père, Daemon. Si sa mère était morte, elle était encore trop jeune pour comprendre clairement ce qu’il se passait et n’avait donc jamais éprouvé ni peine ni chagrin lorsqu’on lui évoquait le nom de Laena Velaryon. En revanche, pour son géniteur, le simple fait d’évoquer qu’il puisse mourir la plongeait dans une terreur indicible. Elle n’avait jamais évoqué ce sentiment avec personne. Aussi, elle se demandait comme allait sa belle-mère. Comment vivait-elle cela ? Était-elle, comme elle, assoiffée de vengeance envers son demi-frère ? Cela occultait-il son deuil ?

Elle l’accueillit avec un sourire inquiet. Malgré la situation, la Reine conservait son port de tête altier et cette allure royale qui auraient pu faire taire le moindre doute sur sa place légitime à la tête des Sept Couronnes. Les partisans d’Aegon étaient-ils tous aveugles pour préférer suivre un homme à demi Targaryen sans charisme ni aura ? Ne voyaient-ils pas que la souveraine se trouvait à Peyredragon ? Des fous et des imbéciles, pensa Baela. Pareille trahison ne resterait pas impunie. Ils ne respectaient ni les dernières volontés de leur ancien roi, ni ce que le bon sens leur dictait. Qu’il en soit ainsi. Ils périraient tous dans le feu et le sang. De cela, elle en était certaine.

Elle écouta avec attention les premiers mots prononcés par la femme de son père alors qu’elle l’invitait à s’asseoir près d’elle. La jumelle de Rhaena obéit sans sourciller et se plaça sur la chaise d’ébène à côté de la Reine. Elle voulait savoir comment la jeune fille prenait les choses. Un froncement de sourcils barra son front alors qu’elle se mit à réfléchir aux mots de sa sœur et à ses propres impressions sur la situation. Elle ne resta pas plongée dans ses pensées très longtemps cependant.

« Je ne sais pas ce que l’on vous a dit sur moi, Mère, » commença-t-elle. « Il faudrait d’ailleurs plutôt penser à écouter les impressions de Rhaena, elles seront probablement plus sensées que les miennes. »

Elle haussa les épaules, mais tint tout de même à répondre à celle qu’elle considérait comme sa mère puisqu’elle le lui avait demandé.

« Je pense qu’Aegon est un idiot arrogant, aussi bête qu’une pomme de pin. Il est assez stupide pour obéir à sa bieffoise de mère et croire qu’il conservera le trône sans que l’on ne dise rien. Je les déteste, lui et ses frères et sa sœur. »

Elle parlait plus vite qu’elle ne pensait, comme toujours. Pourtant, ses paroles étaient toujours sincères et honnêtes, malgré son tempérament de feu et ses emportements constants.

« Ils paieront. Tous. Je les tuerai moi même. Je chevaucherai Danselune et je les tuerai moi même. »

La jeune dragonne bouillonnait intérieurement. Cependant, la dernière question de Rhaenyra coupa nette à son envolée de colère. Elle la regarda, perplexe, alors que ses améthystes devaient afficher sa soudaine incompréhension. Si elle était habituée à porter une épée ? Elle prenait bien des leçons avec Jace et Luke, lorsque les mestres avaient le dos tourné et elle se défendait même assez bien malgré son jeune âge, mais elle ne pouvait décemment pas se promener avec une épée à Peyredragon. Rhaena se serait évanouit. Pourtant, il était de notoriété commune qu’elle se bagarrait aussi souvent que ses frères et peut-être même plus férocement qu’eux. Pourquoi la nouvelle reine lui demandait-elle cela ?

La mention du titre de sa belle-mère dans son esprit eut l’effet d’un déclic. Les rois et les reines avaient besoin de garde royaux. De chevalier en armures immaculées pour les protéger des dangers. Se pouvait-il que Rhaenyra lui demande si elle était prête à devenir un garde royal ? Baela en avait toujours rêvé, bien que sa sœur lui rétorque en riant qu’une femme ne pouvait pas devenir ni chevalier ni garde. Pourtant, si une femme pouvait être reine, pourquoi ne pas pouvoir tenir l’épée, une cape blanche flottant dans son dos ? La seule chose qui déplaisait à la jeune dragonne dans cette ordre était le manque apparent de liberté qui entravait ceux ayant prêté serment.

« Bien sûr que je le souhaiterai ! » lui répondit-elle avec enthousiasme, les yeux pétillants. « Je me débrouille déjà très bien ! Mieux que Lucerys ! » renchérit-elle.

Peut-être était-ce un mensonge, mais jamais elle n’aurait avoué être de niveau égale, voire légèrement inférieur à son demi-frère. D’ailleurs, il pouvait s’entrainer beaucoup plus qu’elle et bénéficiait des meilleurs professeurs. Aussi, Baela considérait qu’il trichait et que si elle bénéficiait du même traitement, elle serait beaucoup plus forte que lui. Même Danselune était plus intelligente et vive que son dragon.

« Vous souhaitez que je sois entrainée pour devenir votre garde royale ? » lui demanda-t-elle d’une voix pressée, bien naïvement. « C’est cela ? »

Elle trépignait sur son siège et se faisait violence pour ne pas se lever d’un bon et laisser exulter sa joie.




acidbrain



La Jeune Dragonne
Revenir en haut Aller en bas
Rhaenyra Targaryen
Le Volcan Éveillé

Le Volcan Éveillé
avatar


♦ Blason : Fire&Blood, High as Honor, The Old The True The Brave.
♦ Multiface : Jeyne Manderly, Marissa Parren
♦ Parchemins : 1126
♦ Date d'inscription : 10/09/2015
♦ Avatar : Charlize Theron
♦ Copyright : poison ivy (avatar) | nymeria. (signa), Océan (Gif profil), Tumblr & Garde de Nuit
Some day, you will be a king.


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mar 14 Mar - 20:06

Under Pressure


La jeune reine n'avait de cesse de se dire : quel monde vais-je laisser à mes enfants ? Quelle mère serais-je si je ne respectais pas mes engagements ? Que laisserai-je à mes enfants, tout simplement ? Le titre de reine était une chose mais la vie et survie de ses enfants en était une autre, bien plus importante. Si elle devait gagner cette guerre, ce n'était pas uniquement pour avoir le trône. C'était aussi pour la survie des siens qui, aux mains des Verts, n'auraient aucune chance, si fougueux soient-ils.

Rien ne les empêchait, s'ils apprenaient à tous se battre, de les mettre en faute. De les désarçonner, de faire le plus de dégât possible. Il fallait être réaliste, Rhaenyra ne pouvait parvenir à elle seule, à sauver tout ses enfants. Mais d'autres le pouvaient. Les mots de Baela la firent sourire néanmoins, bien qu'il fallait connaître la reine pour comprendre qu'à cet instant, elle souriait.

" Ce n'est point Rhaena que j'ai convié, mais bien toi, Baela. C'est bien parce que je désire te parler, non pas entendre cela de la bouche de ta soeur. "

C'était dit sur un ton calme, en d'autres temps elle aurait été amusée de la situation. A cette heure, seul un fin sourire étirait ses lèvres, à peine perceptible. Les mots qui suivirent ne l'étonnaient pas et une pointe de fierté se faisait ressentir dans le regard de la jeune reine. Elle avait raison sur certains points : Aegon était idiot, soumis à sa mère. Néanmoins, il avait nombreux partisans à sa cause, ceux qui refusaient qu'une femme soit reine et leur dise quoi faire de leur vie.

Néanmoins la suite des dires de Baela la firent tiquer, puis rire sincèrement. Elle riait durant nombreuses secondes avant de parvenir à retrouver son sérieux. Ce n'était pas un rire moqueur mais Baela était adorable de croire cela. Elle riait, oui, car c'était à des lieux de ce qu'elle avait imaginé aux premiers abords. Garde royal ? Etait-ce à cela qu'aspiré sa fille ?

" C'est cela qui t'intéresserait ? Être une guerrière qui suivrait la famille royale à chacun de ses déplacements ? Toujours armée, toujours sur le qui-vive, ne jamais pouvoir avoir d'enfant et ne jamais avoir d'époux ? "

C'était de sincère question. Etait-ce là ce que sa fille voulait ? A son âge, on désirait toujours avoir le monde sur un plateau d'argent.

" Je sais combien tu aimerais tenir une arme et apprendre à la manier. Je sais que Jacaerys et Lucerys t'enseignent quelque petites choses mais ce n'est pas suffisant. Ils sont jeune et n'ont pas la maîtrise nécessaire pour pouvoir t'apprendre à te battre comme le ferait ton père ou comme le ferait un de nos garde. J'ai rêvé d'être reine depuis que je suis née, on m'a dit que je le serais un jour. On m'a privé de cela. Je me bats pour cela. D'aussi loin que je me souvienne, ma fille, tu as toujours été ainsi, à rêver de champs de bataille, de monter un dragon puissant comme ton père. Je ne veux pas que l'on t'enlève ce rêve qui te tient à coeur. Dès demain, un maître d'arme t'enseignera à te servir de lames. D'épées ou de dagues, cela n'est point de mon ressort. Nous avons toutes des rêves. Tu as la chance d'être une princesse et d'être libre de tout serment encore à ce jour. Tu es jeune, tu as le temps. Mais si tu penses être faite pour la guerre, alors demain au levé du soleil, tu sauras où te diriger. "

Un sourire timide sur ses lèvres, Rhaenyra n'avait jamais été très à l'aise pour discuter avec Baela, Rhaenyra était calme et ne savait jamais vraiment comment s'y prendre, au contraire de Daemon qui savait toujours trouver les mots juste. Elle aurait aimé être comme lui et faire comprendre à Baela ce qu'elle ressentait et ce qu'elle désirait pour elle. Elle espérait donc que les mots qu'elle ait employé soient clairs. Et surtout, que sa fille - car elle était sa fille, quoi que l'on puisse en dire - soit heureuse de cela. Cela serait réel, cela ne serait plus des chimères, cela ne serait plus des rêves de petite fille. Cela allait arriver. Se défilerait-elle ou irait-elle droit au but ? Elle pensait à la seconde option.

Elle aurait aimé dire à sa fille qu'elle lui aurait accordé d'ici quelque années d'être garde royale. Mais cela impliquait être chevalier, et cela n'était guère de son ressort que de faire d'une femme un chevalier.

fiche codée par rawr



Fire & Blood

Revenir en haut Aller en bas
Baela Targaryen
Couronne

Couronne
avatar


♦ Blason :
♦ Parchemins : 64
♦ Date d'inscription : 12/01/2017
♦ Avatar : Gaia Weiss
♦ Copyright : Fassylover (avatar)


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mar 14 Mar - 20:07

Under Pressure
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Baela s’y voyait déjà. Protégée dans une armure dorée et immaculée qu’elle arborerait fièrement, reflétant les rayons du soleil de Peyredragon, l’eau de la Néra et de l’océan faisant chatoyer le fer et le métal iridescent. Une cape blanche, symbole de son grade et de ses habilités au combat recouvrirait son dos. Sa poigne sera posée sur la garde d’une épée. Et pas n’importe quelle épée ! Non, elle serait la détentrice de Noire Sœur, l’illustre lame sombre de la famille Targaryen, ayant jadis appartenue à la fière et farouche Visenya, femme-sœur d’Aegon le Conquérant, et qui reposait désormais dans le fourreau de son père. Daemon la lui offrirait lorsqu’elle serait chef de la Garde Royale. Elle chevaucherait Danselune et protégerait Rhaenyra de ses ennemis les plus féroces et les plus fines lames des Sept Royaumes. Elle parcourerait Westeros en compagnie de sa dragonne, à la recherche des traîtres et des lâches menaçant la famille royale, menaçant les Noirs. Elle combattrait les Verts et planterait elle-même l’acier valyrien dans le cœur d’Aegon Targaryen le couard. Après cela, elle serait reconnue comme étant la meilleure et la plus sanguinaire guerrière de son ère. Peut-être même surpasserait-elle son propre père ! En tout cas, elle pourrait mettre une sacrée raclée à Luce et Jace.

La sœur de Rhaena fut interrompue dans sa rêverie de feu et de sang par le rire doux et clair de la Reine. Elle papillonna des yeux, presque éberluée par ce retour subi à la réalité. Une moue apparut sur son visage lorsqu’elle comprit qu’elle s’était leurrée et que sa mère d’adoption ne pensait pas du tout à la former à devenir une Garde Royale. Elle se renfrogna et croisa les bras. Si ce n’était pas cela, quoi alors ? Pourquoi la convoquait-elle si solennellement si elle ne la laissait pas porter le Blanc ? Toujours rembrunit et butée, elle acquiesça vivement aux questions de Rhaenyra.

« La famille royale est ma famille ! Il est tout à fait normal que je cherche à la protéger et à vous protéger par-dessus tout ! Vous êtes la Reine légitime ! »

Quant à être toujours armée, il n’y avait rien de plus naturel pour la fille de Laena. Sans son épée pendant sur son côté gauche dont le fourreau rebondissait quelques fois sur sa cuisse lors de ses courses effrénées, elle se sentait terriblement nue. De l’avoir contre elle la rassurait. Lorsqu’elle tenait une lame et la brandissait, celle-ci devenait instinctivement l’extension de son bras et renforçait sa confiance qui devenait alors inébranlable. Armée, elle se sentait immortelle et imbattable.

« L’homme qui m’enferrera en devenant mon époux n’est pas encore né ! » s’écria-t-elle. « Je ne suis pas destinée à être une épouse, j’en suis persuadée. On ne dompte pas un dragon. »

Baela avait les nerfs à fleur de peau et manquait de s’énerver. Elle, mariée ? Une belle blague que voilà ! Elle laissait toutes ces choses ennuyantes et contraignantes à sa jumelle. C’était elle la jolie jeune fille en fleurs à parader autours de cet idiot et d’âne bâté de Lucerys. Elle s’amusait certes de leurs émois en compagnie de Jace et leurs taquineries lui arrachaient de grands éclats de rire, mais il lui était impossible de se projeter, comme sa sœur, dans ce que serait la vie d’une femme mariée. Serait-elle condamnée à quitter Peyredragon ? Les Terres de la Couronne ? Serait-elle exilée à l’autre bout du continent ? À Dorne ? Dans l’Ouest ? Au Nord ? Elle en frissonna. Il lui était impossible de s’imaginer loin des siens. Pire, de quel bois serait fait son hypothétique futur époux ? Un vieux croulant gâteux ? Un jeune naïf aux idées fumeuses ? Un imbécile qui la prendrait de haut ? Lui imposerait-on un mode de vie ? Lui interdirait-on de chevaucher Danselune ? Non, non. Elle ne se laisserait jamais interdire ! Et quant bien même l’enfermerait-on, elle réussirait à s’enfuir, à retrouver sa dragonne et rentrerait chez elle ! Voilà !

Les paroles de la femme de son père firent pourtant mouche. Elle lui proposait un maître d’arme à sa disposition. Ses craintes sur les épousailles s’évanouir aussitôt, remplacées par des yeux luisant de joie, bien que légèrement ternis par la déception de ne pas être entraînée à être une Garde Royale.

« Je ne suis pas une princesse, » répéta-t-elle en s’entêtant encore lorsque Rhaenyra l’appela ainsi. « Ses choses là sont pour Rhaena. »

Depuis toute petite, on accolait ce titre à son prénom. Cela l’agaçait. Dans les histoires et les contes de ses vieilles nourrices, les princesses étaient des femmes et des filles ennuyeuses qui passaient leur temps à être jolies et à se taire. Quelques fois, elle attendait un preux chevalier et dans ces cas là, le récit devenait plus barbant encore. Baela aurait préféré qu’on l’appelle Ser. Être un chevalier !

« Je serai prête, » affirma-t-elle, déterminée. « Demain, au levé du soleil. »

Que l’attendrait-il alors ? L’impatience la faisait déjà frissonner. Bientôt, elle pourrait mettre ses frères au tapis sans sourciller.

« Mais Garde Royale ou pas, » poursuivit-elle. « Je vous protégerai, quoiqu’il arrive. Vous êtes la Reine et vous ne trouverez pas de combattante plus loyale que moi ! »




acidbrain


La Jeune Dragonne
Revenir en haut Aller en bas
Rhaenyra Targaryen
Le Volcan Éveillé

Le Volcan Éveillé
avatar


♦ Blason : Fire&Blood, High as Honor, The Old The True The Brave.
♦ Multiface : Jeyne Manderly, Marissa Parren
♦ Parchemins : 1126
♦ Date d'inscription : 10/09/2015
♦ Avatar : Charlize Theron
♦ Copyright : poison ivy (avatar) | nymeria. (signa), Océan (Gif profil), Tumblr & Garde de Nuit
Some day, you will be a king.


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mer 15 Mar - 4:02

Under Pressure


Rhaenyra avait tant l'impression de voir Daemon à son plus jeune âge qu'elle en fût troublée sur l'instant. Elle reconnaissait en Baela toute la fougue et l'impulsivité de son père, une fois de plus. Cela n'aurait pas du la surprendre, et pourtant. Par ailleurs, sur l'instant, elle se dit qu'elle aurait peut-être du faire part à Daemon, avant, de ses idées. Mais pour maintenant, il était tard et elle était convaincue d'avoir la bonne solution en main. Daemon avait beau avoir l'esprit ouvert, il n'était pas à la place des femmes pour savoir comme le combat était dur pour elles.

Mais comme elle se l'était déjà dis, Baela était certes semblable à Daemon, mais moins réfléchie, encore plus impulsive car elle manquait d'expérience. Elle avait appris avec les années à parler à Daemon et les disputes arrivaient encore. Elle se contentait d'inspirer profondément. Toute fois, la réflexion "On ne dompte pas un dragon " sortant des lèvres de la jeune femme, lui donnait une sorte de déclic. Si elle avait su dompter Daemon Targaryen alors qu'elle n'avait à l'époque que 14 ans, elle saurait dompter sa fille et essayer, ne serait-ce qu'un instant, de la raisonner et lui faire comprendre ses intentions. La guerre se préparait. Mais avant que les partis sortent leur armes, armées et dragons, ils devaient se préparer mentalement, préparer leur stratégie. Et Rhaenyra ne voyait rien d'autre pour les enfants sous sa garde qu'apprendre à se défendre s'ils le voulaient. Joffrey, Rhaena, Aegon et Viserys ne le pourraient pas, mais Jacaerys, Lucerys et Baela, pouvaient au moins apprendre - ce qui causait toute fois un pincement au coeur de la mère qui ne voulait pas voir sa progéniture grandir si vite. Jacaerys partait déjà si loin d'elle, elle ne s'imaginait pas Lucerys faire de même ; alors les plus jeunes d'entre eux ? Mais elle se raisonnait à nouveau, ce n'était pas un choix, c'était une obligation : elle devait laisser à ses enfants toutes les cartes possibles. Peut-être y avait-il des traîtres à Peyredragon, il y en avait-même sûrement. Ils ne pourraient compter que sur eux et leur gardes les plus fidèles. Elle souriait plus finement, pour simplement répondre, d'un ton toujours aussi calme ;

" J'ai pourtant su dompter ton père, ce qui n'était pas une mince affaire. "

Au même titre, probablement, que Daemon l'avait dompté - mais sa fierté était telle qu'elle ne l'avouerait pas et qu'il était plus aisé de se convaincre qu'elle avait été la seule à pouvoir dompter l'autre, même après tant d'années.

Toute fois, Baela restait une princesse et les alliances seraient nécessaires à faire, ils étaient déjà privés d'une princesse puisque Rhaena était fiancée à Lucerys, ils ne pouvaient compter que sur Jacaerys et Baela à l'heure actuelle, pour espérer avoir de bonnes alliances. Elle avait des noms, Borros Baratheon avait quatre filles, les Tully avaient nombreux enfants eux aussi, les Stark avaient un fils, mais il était encore tôt pour savoir qui se positionnait et comment, ils n'avaient pas encore pu rendre les comptes avec leur alliés sûrs, notamment les Velaryon. Mais elle y songeait. Elle ne pouvait pas écouter tous les caprices de l'impétueuse dragonne, des choix étaient à faire, des sacrifices étaient à faire.

" Rappelle moi qui était Visenya Targaryen, Baela. "

Elle restait l'exemple le plus flagrant chez les Targaryen, une princesse, une reine, une femme d'exception, qui savait porter des robes comme des mailles.

" Hélas, ce n'est pas nous qui rédigeons les lois de la chevalerie, nous pouvons changer bien des choses, mais nous ne pourrons changer les lois appartenant aux Sept. Cela ne t'empêchera pas d'apprendre à te battre et porter une épée. Et j'en suis convaincue, il n'y aura pas plus loyale. Mais il faut te préparer à faire des sacrifices Baela, les temps ne sont plus à la paix et nous devrons faire tout ce qui est en notre pouvoir, tout ce qui est possible de faire, pour gagner la guerre qui se profile. Nous devrons tous mettre du nôtre. La récompense dépendra des actions de chacun d'entre nous et sera à la mesure de nos sacrifices, je n'en doute pas un seul instant. Les Sept ne peuvent être si cruels. "

Les Sept ne pouvaient pas ainsi lui tourner le dos, elle n'avait pas tant priée pour en arriver là, et elle refusait de croire qu'elle devait payer pour ses pêchés passés, pour ses graves fautes qu'elle n'avait jamais confessé, à aucun septon. Cela ne se pouvait. Elle regardait la jeune femme devant elle, s'attendant déjà à la voir s'énerver, comme elle aurait imaginé un Daemon adolescent à qui on disait qu'il ne pourrait conquérir le monde juste parce qu'il en avait eu la soudaine envie. Elle restait toute fois droite à sa place, attentive aux réactions de la jeune femme. Malheureusement pour Baela, tout ce qui pouvait être brisé, l'avait déjà été deux jours plus tôt. Elle désirait simplement y aller pas à pas, avant de lui expliquer en quoi risquait de consister ces fameux sacrifices que tous devraient faire.
fiche codée par rawr



Fire & Blood

Revenir en haut Aller en bas
Baela Targaryen
Couronne

Couronne
avatar


♦ Blason :
♦ Parchemins : 64
♦ Date d'inscription : 12/01/2017
♦ Avatar : Gaia Weiss
♦ Copyright : Fassylover (avatar)


Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen Mer 15 Mar - 10:32

Under Pressure
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


L’adolescente était déçue. Profondément déçue. Il s’était laissée miroiter l’opportunité de prendre le Blanc comme s’il avait s’agit d’une évidence. Mais ce n’était qu’un mirage, un horrible espoir qui la laissait vexée et amère. Elle aurait préféré que sa belle-mère lui dise franchement les choses, plutôt que de la laisser se perdre dans ses rêveries qu’elle pouvait, à contre cœur, qualifier d’enfantines. Baela n’aimait pas tourner autour du pot. Elle ne comprenait pas comment les gens pouvaient préférer passer par le chemin le plus long en prenant le risque de perdre son auditoire, en utilisant des mots compliqués et des tournures alambiquées, alors qu’il existait la plupart du temps des raccourcis beaucoup plus sûrs.
Rhaena, elle, choisissait aussi toujours la boucle la plus longue et souvent, elle parvenait à embrouiller sa jumelle en quelques minutes. Peut-être était-ce pour cela, d’ailleurs. Peut-être était-ce pour embrouiller son interlocuteur. Dans ce cas là, la Jeune Dragonne était une cible facile et une victime toute désignée. Elle ne comprenait simplement pas pourquoi la femme de son père n’allait pas droit au but avec elle. Voulait-elle la perdre, elle aussi ? Pourquoi ? Cette pensée la rendit instantanément un brin méfiante. Tandis qu’elle s’obstinait à garder ses bras croisés sur sa poitrine, elle pinça les lèvres.

La reine finit par lui offrir un mince sourire un peu fatigué. Sa belle-fille plissa les paupières devant son assertion. On ne dompte pas un dragon, songea-t-elle à nouveau. Elle se trompait.

« Vous ne vous êtes pas domptés, » dit-elle, très sérieusement. « Vous vous êtes apprivoisés. C’est différent. »

Si Baela était attentive à une chose en dehors de ses leçons de combat en compagnie de Luc et Jace, c’était bien dans les mots de sa grand-mère, Rhaenys Targaryen. Aussi butée et téméraire qu’elle, son âge l’auréolait pourtant d’une certaine sagesse et d’une dignité propre à son rang. Dignité dont manquait cruellement la petite dragonne. Et lorsqu’elle l’accompagnait pour s’occuper de Danselune, elle lui transmettait tout son savoir sur les sauriens et ces fantastiques et mystiques créatures ailées. Le domptage nécessitait une certaine force, une contrainte, une supériorité exercée sur l’autre. Dompter, c’était dominer. Tout l’inverse de l’apprivoisement, en somme. Apprivoiser respectait l’autre et le plaçait comme un égal. Apprivoiser, c’était se découvrir et apprendre à se connaître tout en s’habituant mutuelle à la présence de chacun. Baela n’avait pas dompté le reptile volant. Jamais. Mais elles s’étaient toutes les deux reconnues et se considéraient.
Sur le moment, lorsque la Reine Qui Ne Fut Jamais avait fait la leçon à sa petite fille, celle-ci était restée dubitative, un peu confuse. La réalité était qu’elle n’avait pas ou peu pipé mot. Pour ne pas avoir l’avoir d’une idiote, elle avait vivement acquiescé, bien que ses yeux légèrement hagards aient pu la trahir. Elle en avait parlé à Rhaena, mais celle-ci ne lui avait pas été d’une grande aide.

Mais Rhaenyra lui faisait aujourd’hui réalisé et comprendre le sens des phrases de Rhaenys. Avait-elle également fait la leçon à la reine légitime ? La fille cadette de Daemon l’ignorait. Mais il ne faisait aucun doute qu’à sa différence, elle mettrait moins de temps à comprendre ce qu’elle tentait de lui dire.

Enfin, la jeune fille se détendit légèrement lorsqu’elle aborda le sujet de Visenya Targaryen. Cette figure héroïque et légendaire de leur famille était probablement la préférée de la cadette de Rhaena. Forte, mystérieuse et autoritaire, elle était indépendante et son nom réveillait autant la crainte que le respect dans le cœur des hommes. Baela aurait aimé être de cette branche des Targaryen, mais elle s’était éteinte avec son fils, Maegor.
Mais Visenya était également la fille morte-née de Rhaenyra et de son père.

« Visenya est une de nos ancêtres, » commença-t-elle. « Elle a participé à la conquête avec son frère Aegon le Conquérent et sa sœur Rhaenys. Elle était brave, passionnée, impitoyable. C’était une guerrière. »

Bien qu’elle appréciait parler de celle qui avait un jour possédé Noire Sœur, une nouvelle fois, elle ne comprenait pas où Rhaenyra souhaitait en venir. Et cette confusion la préoccupait, la laissait sur ses gardes, incertaine.
Les compliments de la reine lui firent hocher la tête. Oui, il n’y aurait pas plus loyale et courageuse qu’elle dans tout Westeros. Elle se perfectionnerait au combat et deviendrait la plus fine lame du continent. Que les lois aillent brûler dans les Sept Enfers.

« Quels sacrifices ? » l’interrogea-t-elle d’une voix brusque, la coupant presque dans sa tirade. « De quels sacrifices parlez-vous ? Je vous l’ai répété, je serais prête à donner ma vie pour protéger nos familles ! »

À ses yeux, il n’y avait pas plus grand sacrifice que celui-ci. Et elle était prête, résolue à se battre jusqu’à la mort si cela signifiait écarter sa sœur et ses frères du danger.





acidbrain


La Jeune Dragonne
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message Sujet: Re: Under pressure. ft. Baela Targaryen

Revenir en haut Aller en bas
Under pressure. ft. Baela Targaryen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'honneur et la gloire ? Pourquoi ? | Aemon Targaryen
» Famille Targaryen /PNJ
» MAISON TARGARYEN ▲ feu et sang [2/4]
» MAISON TARGARYEN ▲ feu et sang [2/2 Libres]
» Daenerys Targaryen, mère des dragons, reine des 7 royaumes (si si)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Feast for Dragons ::  :: Terres de la Couronne :: Peyredragon-